Retraite : quelles sont les nouvelles réformes ?

La retraite avec sa future réforme est en plein cœur de discussion nationale, avec certains acteurs concernés tels que le gouvernement, et certains syndicats. En effet, après le code du travail, ce sujet ouvre un nouveau chantier social pour la France. Ainsi, ce changement, concernant certains aspects, va sûrement changer la conception générale de la retraite.

L’objectif de la réforme

Cette future réforme a comme objectif de retarder l’âge de départ en retraite, en incitant les Français à travailler plus longtemps, et en adoptant le système par point et l’unification des régimes. Il est à noter qu’elle ne touche pas encore ni les retraités actuels, ni ceux qui sont à moins de cinq ans de la retraite, ainsi, elle ne doit pas être effective qu’en 2025.

Les aspects essentiels

  • Un système de retraite par points

Le principe, c’est celui des règles concernant le régime de retraite complémentaire Agirc-Arrco. En effet, le calcul du montant de la retraite, avec cette réforme, se baserait sur le nombre de points obtenus au cours de la vie active, et non plus du nombre de trimestres cotisés. Ces points s’obtiendraient à partir des revenus encaissés par l’assuré, ainsi, chaque euro cotisé serait retenu. Néanmoins, certains événements et situations, comme une naissance, la pénibilité, et le statut des travailleurs handicapés, devraient également permettre de les augmenter. Et il y aurait aussi ce qu’on appelle des points de solidarité pour les temps d’inactivité, tels que le chômage, la maternité, la maladie et l’invalidité.

  • L’harmonisation des taux de cotisation

Pour ce faire la réforme envisage une universalisation des taux de cotisation à 28,12 %, hormis les indépendants. En effet, ces derniers auraient un taux de 28 % jusqu’à 40 000 € de revenus, et de 12,94 % jusqu’à 120 000 €.

  • L’âge d’équilibre

Comme promis, le départ en retraite à 62 ans sera gardé. Par contre, la réforme prévoit un système de décote/surcote, allant dans le sens du bonus/malus, en incitant un âge de départ moyen de 63 ou 64 ans. Ce système pousserait les actifs, pendant une période définie, pour échapper à la décote, ou profiter de la surcote, à travailler une ou deux années de plus.

Les impacts de la réforme

Avec cette réforme, la pension minimum à taux plein pourrait aller jusqu’à 85 % du SMIC, soit 1000 €, en supposant la fin des 42 régimes de retraite existants, entre autres, les régimes spéciaux.

Cette entrée a été publiée dans News. Sauvegarder le permalien.